Que se passe-t-il à la Cantine actuellement ?

Vous êtes nombreux à nous demander des nouvelles de la Cantine brestoise, alors voici un point d’actualité à partager.

  • Le recrutement de l’animatrice de la Cantine a été effectué courant décembre. C’est Jessica Pin qui rejoint la structure et sera aux commandes du lieu.
  • La fin de chantier est proche, les locaux devraient être livrés fin janvier. Nous sommes en train de commander les équipements, le mobilier, imaginer les dernières touches de décoration…
  • Une inauguration des locaux est prévue dans la deuxième quinzaine de février. La date n’est pas encore fixée à ce jour.
  • Les étudiants de l’EESAB et leurs enseignants sont venus visiter les lieux, et commencent à plancher sur ce meuble dédié au coworking que nous voulons mettre dans ce lieu. Livraison des maquettes en juin, on en reparlera.
  • Nous continuons notre tour des tiers-lieux et territoires. Lundi 14 janvier, nous étions ainsi à la deuxième édition de #JellyLeMans.
  • Le groupe de pilotage initial de la Cantine est en train de se découper en groupes de travail et de s’élargir. Au menu, des réunions sur la Gouvernance du lieu, sur l’organisation de l’Inauguration, sur la Communication…
  • En parallèle, nous continuons la visite de nos partenaires privés potentiels. Nous avançons avec eux sur les niveaux d’engagement et les modes de gouvernance.
  • Nous inviterons également début février tous les acteurs locaux susceptibles de proposer des événements pour les mois à venir à la Cantine. Un remix de la réunion du 13 février 2012, avec plus d’acteurs, et avec comme objectif un calendrier des manifestations pour l’année 2013.
  • Enfin, nous sommes partenaires de la deuxième édition de l’Open Factory qui se déroule simulanément à Brest et Nantes les 24 et 25 janvier prochains.

Vous voulez apporter votre aide, ou demandez des compléments d’informations ? Les commentaires sont ouverts.

La cantine partenaire de la 2e édition de l’Open Factory

La deuxième édition de l’Open Factory se déroule les 24 et 25 janvier simultanément à Brest (Télécom Bretagne) et Nantes (École des Mines de Nantes) avec une liaison visioconférence continue. La Cantine brestoise est partenaire de cet événement, organisé par l’équipe de l’Open Odyssey. Nous proposons des coaches et des membres du jury et continuerons ces prochains mois à suivre et accompagner les équipes ayant participé à l’événement. Nous allons également élargir notre partenariat avec Open Odyssey pour que leur programme d’actions s’appuient sur l’ensemble des cantines et tiers-lieux du territoire. Car nous partageons un même état d’esprit.

Mais jugez plutôt.

L’Open Odyssey, projeter le monde autrement

Prenons un projet d’étudiants classique. Un projet mené dans le cadre de leur cursus. Il est peut-être proposé par une entreprise externe, ou par des professeurs, ou par les étudiants eux-même. Ou un mélange de tout cela. Il s’appuie sur les compétences de l’école dans lequel il est mené. Il correspond aux savoir-faire enseignés aux étudiants. Il a une durée, un début et une fin.

Et après ?

Est-ce que le projet a été utile ? Oui parce qu’il s’inscrit dans le cursus d’apprentissage, et avec un peu de chances parce que l’entreprise en retire quelque chose. Mais la plupart du temps, une fois le projet terminé, si même il a abouti, tout le monde passe plus ou moins à autre chose. Combien de projets auraient pu sans doute aller plus loin, suivis d’une année à l’autre, documentés suffisamment pour servir à d’autres, voire même déborder d’une école donnée pour être mené par des étudiants de disciplines différentes ?

Imaginons à présent que les projets proposés aux étudiants soient inscrits dans une dynamique plus large, dans laquelle le territoire est impliqué, qui sollicite les citoyens, qui convoque des disciplines multiples, obligeant à aller au-delà du cadre classique. Imaginons que les projets ne soient plus de simples cas d’école, ou des cas uniques d’entreprise, mais des projets s’attaquant à des enjeux de société. Et parce que l’équipe d’Open Odyssey veut co-construire cette vision, chacun est amené à apporter sa pierre, tant à l’aventure elle-même qu’à la création de l’aventure :

Le mot « Open » traduit l’ouverture tant sur le monde, pour prendre conscience de ce qui nous entoure, que sur les autres et leurs idées. C’est une valeur qui mène au rassemblement et au partage des connaissances et des compétences.

Le mot « Odyssey » fait référence à la dimension « aventure » du projet Open Odyssey. Ce dernier est en effet une vaste expérimentation, « un chemin parsemé d’embûches », au sein duquel chacun peut se dire : « Moi aussi, je peux agir ! ». Chaque personne qui participe à l’Open Odyssey se lance, plus que dans de simples actions, dans une véritable quête : agir pour un développement territorial durable et responsable.

Les citations de ce billet proviennent des sites Open Odyssey et Open Factory

L’Open Factory, 24h pour propulser un projet tous ensemble

L’Open Factory est un des événements qui rythme cette odyssée d’un nouveau genre. En 24h, plus condensé qu’un startup week-end, une équipe fait avancer un projet, encadrée par des coaches, puis un jury sélectionne 3 projets qui bénéficieront d’un accompagnement d’un an, en étant intégrés dans les cursus des établissements d’enseignement supérieur et de recherche.

Donc, si vous vous reconnaissez dans les profils suivants…

porteur d’un projet numérique combinant innovation et territoire ?
étudiant, enseignant, chercheur, doctorant et vous avez envie de contribuer au développement d’un projet numérique innovant ?
tout simplement intéressé par l’entrepreneuriat et l’innovation ?

Si vous êtes…

une entreprise, association, collectivité, ou toute autre structure désireuse de s’appuyer sur les compétences des établissements de l’enseignement supérieur, pour développer son activité autour d’un projet numérique innovant et au service du territoire… et vous avez donc un projet à proposer.

étudiant, responsable pédagogique, enseignant, chercheur, doctorant ou diplômé, en Bretagne et au-delà, souhaitant travailler sur des projets concrets et innovants ; entrepreneur, responsable R&D, salarié du privé ou du public, ou toute autre personne se sentant concernée par les enjeux de son territoire (notamment dans le numérique) ; et même simple citoyen intéressé d’apporter pendant 24 heures sa pierre à la réflexion des porteurs de projet et des écoles, dans une ambiance conviviale et studieuse… et vous pouvez donc être un participant.

Et si cette vidéo de la première édition de l’OpenFactory vous enthousiasme, alors, l’Open Factory est faite pour vous, et il ne vous reste qu’à vous inscrire pour les 24 et 25 janvier prochains, à Brest ou à Nantes.

Qu’est-ce qu’une Cantine ?

C’est tout à la fois un tiers-lieu, un espace de coworking, un espace d’animations, et un lieu d’innovation en résidence. C’est un lieu accessible et attractif en prise avec la vie sociale et économique, disposant d’équipements de communication. C’est un lieu-fenêtre : connecté à d’autres lieux similaires. C’est également un lieu-vitrine : pour montrer les « technologies inventées ou assemblées ici » C’est enfin un lieu-arrêt : dans un lieu de passage, un rôle de fabrication, de détection et de stimulation de projets. On y trouve ainsi :

  • un espace de travail, de collaboration, d’innovation, au cœur d’un territoire qui bouge,
  • divers espaces de vie : café & boissons non alcoolisées, places de coworking, salle de conférences, salles de réunion
  • des acteurs : entrepreneurs, développeurs, créateurs, chercheurs, étudiants, institutionnels, associations du numérique (mais pas que), amateurs, innoventeurs
  • des activités : réunions, tables-rondes, ateliers, soirées à thèmes, petits-dèj, BarCamp, CodeCamp, formations, développement collaboratif, conférences, keynotes, PitchCamp, rencontres employeurs…
  • des thèmes : web (2.0 etc.), open source, développement logiciel, mobile, nouveaux médias, usages, mais pas que du numérique

Qu’est-ce qu’un tiers-lieu ?

Alors que la maison et les endroits de vie constituent les « premiers-lieux », les « second-lieux » sont les places de travail où les individus passent le plus clair de leur temps. Les « tiers-lieux » représentent pour leur part des points d’ancrage de la vie communautaire qui favorisent des échanges plus larges et plus créatifs au niveau local et permettent ainsi d’entretenir la sociabilité urbaine. Ces lieux ne sont pas les espaces publics habituels (aéroports, gares, parcs) qui voient passer une foule hétérogène. Ce sont des endroits plus localisés et dont l’espace, favorisant les liens et les échanges, a été accaparé par les individus.

Patrick Genoud, Observatoire technologique de Genève